Nos valeurs


Les valeurs traditionnelles du Parti Radical de Gauche sont :

« Laïcité, Solidarité, Humanisme, Tolérance, Universalisme ».

Le Parti Radical, créé en 1901, est le plus ancien parti de France. C’est aujourd’hui plus de 15000 adhérents qui militent dans 100 fédérations présentes dans tous les départements et territoires français, c’est 8 députés à l’Assemblée Nationale, 10 sénateurs, des Présidents de conseils généraux, 120 conseillers généraux, 60 conseillers régionaux et plus de 1000 maires qui gèrent des communes sur l’ensemble du territoire ainsi que des centaines de conseillers municipaux.

C’est le troisième Parti de Gauche en nombre d’élus et de militants !

A travers l’histoire de notre pays, le radicalisme et les radicaux ont joué un rôle essentiel dans la vie politique depuis près d’un siècle et demi :

  • Contre la Monarchie de juillet et le second Empire avec des hommes comme Garnier-Pagès, Arago, Ledru-Rollin, les premiers en France à se proclamer radicaux parce qu’ils sont partisans de réformes en profondeur. A la fin du Second Empire, c’est Léon Gambetta qui fait voter l’essentiel des réformes proposées à cette époque par les radicaux de gauche.
  • Défenseurs et fondateurs de la IIIe République. C’est encore l’esprit du radicalisme qui inspire les grandes lois de cette période où la démocratie politique s’organise et se structure : loi de 1881 sur la liberté d’expression, loi de 1884 sur les conseils municipaux et sur les syndicats, loi sur l’enseignement primaire gratuit, laïque et obligatoire, révision de la Constitution de 1875, loi sur les associations.
  • Premier rôle dans la vie politique française avec la création en 1902 du parti radical-socialiste.
  • Comes, Clémenceau et Caillaux , sont les 3 grands chefs du radicalisme avant la première guerre mondiale.
  • Les radicaux , au pouvoir après la première guerre mondiale avec Herriot qui a compris l’importance capitale de l’enseignement technique et son projet de l’Ecole unique constitue l’amorce d’un système cohérent englobant tous les niveaux de l’éducation sans barrières, ni cloisons. Quant à Jean Zay, les initiatives qu’il a prises permettent de voir en lui le précurseur d’une organisation moderne et démocratique de l’enseignement.
  • En 1936, pendant le front populaire, les radicaux sont étroitement associés aux mesures prises par le gouvernement de Léon Blum. Ils approuvent, votent ou font voter plusieurs lois notamment les lois sur les assurances sociales et les allocations familiales.
  • Dans les années 50, Pierre Mendès-France marque profondément la vie du parti radical. Il lui donne des structures plus solides et surtout un esprit et un élan nouveaux
  • En 1973, se crée le Mouvement des Radicaux de Gauche . Présents au sein des différents gouvernements de gauche depuis l’élection de François Mitterrand en 1981, les radicaux participent à la mise en œuvre des grandes réformes qui mettent en exergue leurs idéaux d’humanisme et de solidarité.
  • Sous la présidence de Jean-Michel Baylet depuis 1996, la parti radical de gauche travaille avec patience et confiance, à la constitution d’un pôle réformiste à côté du pôle socialiste, en regroupant tous ceux qui veulent œuvrer pour toujours plus de liberté, de justice et de solidarité. Animé par une volonté permanent de dialogue, soucieux d’allier, à l’héritage du plus vieux parti de France, un renouvellement constant des idées et des hommes, les radicaux entendent être les initiateurs des grandes réformes de demain.

« Le radicalisme fait de l’épanouissement de l’individu le fondement de l’organisation sociale »

Aujourd’hui les radicaux de gauche :

  • Placent la laïcité au cœur du Pacte républicain,
  • sont porteur de tolérance, militant pour le droit à la différence et travaillent à la mise en place d’une société solidaire,
  • sont partisans d’une Europe forte, sociale et facteur de paix,
  • défendent les services publics de proximité, dans les quartiers et dans les campagnes,
  • promeuvent une économie sociale de marché,
  • veulent favoriser l’emploi durable,
  • croient à l’égalité des chances permise par l’éducation,
  • sont favorables à une économie au service de l’homme et se prononcent pour une société équilibrée avec intervention de l’Etat lorsque cela est nécessaire,
  • militent en faveur de l’emploi de proximité et sans ambiguïté ils défendent le service public qui participe à l’aménagement du territoire,
  • font de la fiscalité l’outil de la justice sociale,
  • dénoncent les effets pervers de la mondialisation,
  • sont pour une écologie humaine et républicaine mais non intégriste,
  • s’inscrivent pleinement dans la parité hommes femmes,
  • défendent la notion d’opposition responsable et positive.

C’est sur la base de ces principes et de ces valeurs que s’est constitué à Saint-Ouen, un cercle local du Parti Radical de Gauche. Il s’agit du rassemblement d’Audoniens et d’Audoniennes d’horizons divers, attachés aux valeurs énoncées ci-dessus et qui veulent construire ensemble le changement à Saint-Ouen.

Les grandes dates et les grands Hommes du radicalisme :

  • 1848 : sous la restauration et sous la monarchie de juillet , GARNIER PAGES, ARAGO et LEDRU ROLLIN sont les premiers en France à se proclamer « radicaux » .
  • 1869 : discours de Belleville où Léon GAMBETTA présente le premier programme de démocratie politique et sociale.
  • 1877 : Léon GAMBEATTA, prenant la tête des adversaires de la droite monarchiste fait triompher la coalition des républicains aux élections.
  • 1881 – 1884 – 1901 : vote des grandes lois radicales qui donnent à la IIIe république ses structures démocratiques : loi sur l’enseignement primaire gratuit, laïque et obligatoire, loi sur la liberté d’expression, sur les conseils municipaux et les associations.
  • 1901 : fondation à Paris du parti républicain, radical et radical-socialiste.
  • 1905 : loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, dont Emile COMBES a été l’inspirateur.
  • 1906 : Georges CLEMENCEAU devient président du Conseil.
  • 1924 : Victoire du Cartel des Gauches (parti radical – SFIO) aux élections législatives.
  • 1934 : les radicaux dénoncent l’action des « organisations séditieuses et de tous les factieux ».
  • 1935 : Jean ZAY, Pierre MENDES-FRANCE, bousculent les majoritaires du parti pour le maintenir à gauche.
  • 1936 : victoire du Front populaire avec le parti radical.
  • 1938 : Edouard DALADIER devient président du Conseil.
  • 1942 : Jean MOULIN, Président du Conseil National de la Résistance.
  • 1947 : Edouard HERRIOT est président de l’assemblée nationale jusqu’en 1954.
  • 1954 : Pierre MENDES-FRANCE devient président du conseil. Il met un terme à la guerre d’Indochine et règle la question du Maroc et de la Tunisie.
  • 1962 : Gaston MONNERVILLE, président sdu Sénat de 1947 à 1968, vote contre le référendum du Général DE GAULLE.
  • 1965 : le parti radical entre dans la fédération de la gauche démocratique et socialiste avec la SFIO et la convention des institutions républicaines de François MITTERRAND.
  • 1973 : fondation du Mouvement des Radicaux de Gauche avec Robert FABRE.
  • 1981 : Participation MRG au gouvernement de Pierre MAUROY.
  • 1984 : participation MRG au gouvernement FABIUS
  • 1988- 1993 : participation aux gouvernements ROCARD et BEREGOVOY
  • 1992 : Jean-François HORY vdevient président du Mouvement des Radicaux de gauche.
  • 1994 : Le mouvement des radicaux de gauche devient RADICAL.
  • 1996 : Jean-Michel BAYLET devient président et le parti radical socialiste est créé.
  • 1997 : le parti radical de gauche participe au gouvernement.
  • 1998 : progression significative des élus radicaux dans les conseils régionaux et généraux à l’issue des élections de mars.
  • 2000 : Roger-Gérard SCHWARTZENBERG et François HUWART sont ministres au gouvernement.
  • 2011 :  Jean Michel BAYLET participe aux primaires Citoyenne.
  • 2012 : Le PRG soutient François Hollande dès le premier tour des Présidentielles.
  • 2012 : Gouvernement AYRAULT, Deux ministres Radicaux : Sylvia Pinel -Ministre de l’Artisanat du Commerce et du Tourisme- et Anne Marie Escoffier -ministre déléguée chargée de la décentralisation-
  • 2012 : A l’issue des Législatives 2012, le PRG dispose d’un groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale.